Le Théâtre du Rictus, fondé à Nantes en 1996 par Laurent Maindon et Yann Josso, explore au travers de textes contemporains les mythes fondateurs de nos civilisations. Mettre en scène est pour l’équipe du Théâtre du Rictus une manière d’interroger l’existence et de s’adresser au monde.
Au fur et à mesure de son travail de metteur en scène, l’intérêt de L. Maindon se déplace vers un théâtre plus incarné, plus physique où les questions existentielles sont tout simplement au cœur du quotidien.
La solitude profonde de l’être, les blessures de l’abandon, l’amour, le rapport au pouvoir et la complexité des rapports humains, les motivations profondes de tout passage à l’acte… sont autant de passerelles pour rejoindre le spectateur et réveiller en lui sa propre nostalgie cachée, exciter son imaginaire…
C’est alors que le rictus devient un sourire narquois qui dévoile sous l’amusement une clairvoyance sans concessions. Il nous entraîne à observer le monde, ses tourments et ses facéties, avec lucidité. Un monde vu sous un angle corrosif ou tantôt l’on pleure, tantôt l’on rit avec l’humour comme ultime politesse du désespoir.

Le Théâtre du Rictus est conventionné pour son fonctionnement par le Conseil régional des Pays de la Loire, le Conseil général de Loire-Atlantique et la Ville de Saint-Herblain.
Le Théâtre du Rictus est conventionné pour son fonctionnement par la DRAC Pays de la Loire / Ministère de la Culture et de la Communication.
Le Théâtre du Rictus est membre cofondateur du réseau théâtral Européen QUARTET.

 

Ruptures

de Sedef Ecer et Sonia RISTIC 

CRÉATION : 4 et 5 Novembre 2020 à 20h30 Scène Nationale de Saint-Nazaire (44)

Ruptures interroge sur les mouvements des êtres, le séisme des décisions consenties ou imposées. Un texte qui dit notre monde d’aujourd’hui, qui raconte nos fragilités.

13 novembre à 20h30 : THV de ST Barthélémy d’Anjou (49)
27 novembre à 14h et 20h30 : TQL d’Ancenis (44)
30 novembre, 1er décembre à 20h30 : Théâtre Paul Scarron du Mans (72)

2 décembre à 18 h30 : Théâtre Paul Scarron du Mans (72)

 

Le projet Ruptures viendra clore un cycle de réflexion sur l’exil initié avec Fuck America et Guerre. Le texte, fruit d’une commande passée à deux autrices, est né après une dernière résidence en avril 2019 à La Marelle (La Friche Belle de Mai à Marseille) et une lecture / rencontre le 10 avril au Théâtre des Argonautes à Marseille.

Il y aau départ un premier désir : réunir deux femmes, autrices dramatiques et romancières pour un projet d’écriture théâtral. Deux œuvres que je lis depuis quelques années. Ensuite il y a un autre désir : raconter des trajectoires de vie sur fond d’exil, de migration. D’exils politiques mais aussi d’exils des sentiments, de vacances de l’âme et de soubresauts des consciences. Ainsi s’interroger sur les mouvements des êtres, poser l’oreille sur les rails et écouter le son des départs. Sentir le séisme des décisions consenties ou imposées. Bref, construire un entrelacs de vies qui se frôlent dans la rupture, les déchirements et résonnent comme une ritournelle vieille de quelques millénaires.

Il y a donc des rencontres préalables entre nous 3, des discussions passionnées à Paris, à Marseille, au téléphone, des soirées qui durent et peu à peu un schéma qui s’échafaude. Puis des personnages qui vont naître dans le secret de l’écriture. Des personnages qui cherchent un sens à leur vie, d’autres qui fuient. Des personnages qui finiront par se croiser au détour d’un hall d’aéroport, d’un squat ou d’une chambre d’hôtel. Des personnages qui s’invitent ou qui traversent une intrigue qui n’est pas la leur. Des chroniques de la vie conjugale.

Il y a de l’humour, de la souffrance, des illusions perdues, de la peur, des histoires qui s’achèvent. Un microcosme, un monde en miniature. Des gestes anodins,des postures inconscientes, des rêves.

Il y a à l’arrivée un texte très touchant qui raconte nos fragilités. Un texte qui dit notre monde d’aujourd’hui.

Il y a Sedef Ecer et Sonia Ristić pour l’écriture de cette prochaine création du Rictus, ravies d’avoir écrit cette pièce à quatre mains.

Ce projet a reçu le soutien du Ministère de la Culture par le biais de l’aide au Compagnonnage Auteurs.

 

Romance

de Catherine Benhamou

CREATION 16 avril 2021 à 14h30 et 18h30 : Grand T/Festival Petits et Grands Nantes (44)


17 avril 2021 à 18h : Grand T/Festival Petits et Grands Nantes (44)
11 mai 2021 à 10h/14h : Espace de Retz de Machecoul (44)
Juillet 2021 : Festival Off d’Avignon (84)

 

Jasmine a seize ans. Jasmine voudrait sortir de l’ombre des HLM. Jasmine voudrait avoir la sensation d’exister. Jasmine veut faire bouger les choses… jusqu’à faire pencher la Tour Eiffel. Quels qu’en soient les moyens. C’est à Imène, sa meilleure amie qu’elle confie ses secrets, jusqu’au jour où la fuite en avant la propulse trop loin. Jasmine sombre à ses côtés dans les mirages des relations entretenues sur les réseaux sociaux.

Romance nous livre une confidence poignante d’une adolescente désorientée, en quête d’un avenir qu’elle aimerait avoir l’impression de maîtriser. Cesser d’être invisible aux yeux des autres.
Catherine Benhamou, comédienne et autrice de théâtre, dresse là un portrait bouleversant et témoigne de la déshérence d’une partie de la jeunesse qui ne se regarde plus qu’en pointillés…

« Imène a les mots, c’est elle qui prend la parole à la place de son amie, elle s’adresse à la mère de Jasmine, et à nous. Elle montre l’engrenage dans lequel s’est laissé entraîner Jasmine, à partir de son entreprise absurde, et la violence non-dite qui l’a très vite piégée.
Jasmine est une jeune fille intelligente mais elle s’est trompée de rêve.
Elle croit avoir rencontré l’Amour grâce à internet mais là aussi elle s’est trompée. Elle n’a pas vu le piège, elle se croit la plus forte. Elle a mis le mot Amour sur quelque chose qui n’en était pas.
Elle s’est trompée de mot. Elle s’est trompée sur presque tout, mais elle n’a pas cessé de croire à l’amitié et c’est l’amitié qui va la sauver, qui va lui faire éviter le pire.

La Jasmine de Romance ne veut pas seulement voir la tour Eiffel en vrai, ce qu’elle veut c’est la faire pencher. En s’attaquant à la tour Eiffel elle croit s’attaquer au réel. Elle veut que le monde penche de son côté, que ça bouge, que les choses ne soient pas comme elles ont l’air d’être, une fois pour toutes. Elle voudrait avoir prise sur les choses, avoir le choix de sa vie. Elle n’a pas compris que rien en dehors des mots ne peut lui donner cette prise, ce pouvoir. Jasmine n’a pas les mots, même si elle est grande gueule et insolente, elle se sent invisible, elle se sent empêchée, réduite au silence, on décide pour elle, on ne se penche pas vers elle. » écrit Catherine Benhamou

Romance est un monologue. Une voix pleine d’humanité qui tente de démêler le vrai du faux. Sans artifice. Tout comme la mise en scène le sera. Une comédienne, un texte, lumières et son pour rythmer la confidence. Pas de vidéo contrairement aux usages esthétiques habituels de la compagnie. Faire le pari de la sobriété technique pour être au plus proche du texte.

Ce texte magnifique et audacieux a été récompensé du Prix PlatO en mars 2019 à Nantes. Il a été lu et mis en espace au cours du Festival Petits et Grands 2019, au Théâtre de la Reine blanche à Paris lors de la publication du texte aux éditions Koiné et au Théâtre Athénor de Saint Nazaire lors du 1er juin des écritures théâtrales Jeunesse en collaboration avec ASSITEJ/Scènes d’enfance. Il a été lu au THV de Saint Barthélémy d’Anjou le 3 mars 2020 au Festival Zones de turbulence, ainsi qu’en avant-première au Festival OFF d’Avignon 2020.

Le personnage d’Imène sera interprété par Marion-Solange Malenfant. Comédienne, autrice et metteure en scène, elle collabore avec l’équipe du Théâtre du Rictus depuis cinq ans. Elle a joué dans La Ville de l’année longue de William Pellier, dans Guerre de Janne Teller et sera à l’affiche dans la prochaine création du Rictus, Ruptures (texte de Sedef Ecer et Sonia Ristic). Elle a récemment mis en scène son propre texte, Et la neige de tout recouvrir, pièce à une voix, qui narre de façon poétique un morceau de vie d’une syllogomaniaque. Elle a également travaillé sous la direction d’Yvon Lapous, Monique Hervouët, Laurent Brethome…